Le Sel de Salies-de-Béarn

Selon une légende des XVIIe et XVIIIe siècles, Salies-de-Béarn se serait bâtie autour d’une source salée découverte au cours d’une chasse au sanglier. Les origines de la cité remontent en réalité à l’Age de Bronze (-1 500 avant J-C), époque à laquelle le sel de Salies-de-Béarn était déjà extrait par évaporation de l’eau salée dans des pots en céramique. Au XIXe siècle, le sel de Salies-de-Béarn est concurrencé par le sel de mer, meilleur marché. En 1853, le premier établissement thermal est construit dans l’enceinte de la Saline. Il permet la production conjointe de sel alimentaire, de sels thermaux et des eaux mères (concentré d’eau thermale) utilisés pour les Thermes. Les indications thérapeutiques sont nombreuses. Elles attirent une clientèle parisienne aisée, ce qui contribue à la notoriété de la station thermale. Au XIXe siècle une médecine nouvelle apparaît : la cure thermale. « Salies-de-Béarn, la santé par le sel » fut le slogan que l’on retrouvait sur les affiches du métro parisien dans les années 1900. De nos jours, c’est la source Reine Jeanne d’Oraàs qui alimente la Saline de Salies-de-Béarn. Même si la Saline a bénéficié des avancées technologiques tout au long de l’Histoire, la technique d’extraction du sel demeure la cristallisation par évaporation de l’eau. Directement prélevée de la source Reine Jeanne d’Oraàs, l’eau est amenée à la Saline par une conduite de 8 km de long. Elle est ensuite lentement chauffée dans une poêle à sel : sous l’effet de la chaleur, l’eau s’évapore et le sel cristallise. 


Présent naturellement sous les Pyrénées depuis des millions d’années, le Sel de Salies-de-Béarn est protégé en profondeur. Il est obtenu par simple évaporation de ces eaux souterraines selon une méthode ancienne : dans une poêle à sel. Ce mode de production authentique et traditionnel confère à ce sel 100 % naturel et exceptionnellement riche en oligo-éléments, des qualités gustatives incomparables. La fleur de sel est récoltée à la main. Naturellement blanche et fragile, elle est issue de la première cristallisation du sel. Il est utilisé depuis des siècles sur les tables du Sud-Ouest de la France. Il est toujours préféré à tout autre sel par les professionnels de la salaison, notamment ceux du Jambon de Bayonne. En effet, le Sel de Salies-de-Béarn est préconisé dans le cadre de l’IGP Jambon de Bayonne.


Dioubiban & Le Sel de Salies-de-Béarn :
Nous ne pouvions pas passer à côté du Sel de Salies-de-Béarn. En effet, produit incontournable de la culture du Sud-Ouest, de part son rôle dans l'IGP Jambon de Bayonne, dont la Maison est à Arzacq-Arraziguet, le Sel de Salies-de-Béarn est un produit purement béarnais!